AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My name is "nobody"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Personne



Messages : 9
Localisation : La vie est un court instant entre naissance et mort qui s'éternise... je suis vivant
Humeur : Silencieux

MessageSujet: My name is "nobody"   Ven 19 Mar - 18:59


    Un brin de ...
    De curiosité ?


    (c) Obsession27

      ▬ Puf ;; Nefertis (Et oui c'est moi !) (Mais c'est pas pour rien que j'ai changé de pseudo...)
      ▬ Age ;;15
      ▬ Genre ;;Masculin (mais avec assez peu de testostérone)
      ▬ Localisation ;;Pareil qu'Enes'
      ▬ Scolarité ;;Actuellement en première S
      ▬ Chant ;; Owi.



    Un brin de ...
    D'intérêt ?

    •• Vos livres préférés ;;Je n'en mettrai que deux pour faire plus concis... Les fleurs du mal et la nuit remue respectivement de Baudelaire et de Michaud.
    •• Votre genre de musique ;;Le silence.
    •• Vos films préférés ;;La guerre des étoiles et le seigneur des anneaux
    •• Votre passion, vos loisirs ;;L'écriture, la lecture, la poésie (en tant que composante essentielle des deux précédentes passions).
    •• Une citation que vous aimez ;;"Riez ! Du matin au soir, du soir au matin, on a tous une place en le coeur de quelqu'un."
    •• Votre découverte du forum ;;Enes'
    •• Le pourquoi de votre inscription ;;Cdm, PP (avant), Iok...
    •• Ce que vous attendez du forum ;;Rien.



    Un brin de ...
    De passion ?

    ▲▲ Au jugé, votre niveau de rp ;; Je ne dirai pas mauvais pour ne pas faire le faux modeste mais je dirai que je ne suis pas bon.
    ▲▲ Vos points forts, vos faiblesses ;; J'ai parfois de l'inspiration. J'ai un bon vocabulaire. Je l'utilise trop. Je n'ai pas besoin de relire deux fois un vers pour voir le nombre de pieds qu'il y a dedans. J'ai des images marrantes dans ma cervelle. Mais cette dernière est trop souvent en jachère.
    ▲▲ Un de vos textes ;;

    La légende des Quatre


    Au début il n’y avait rien, ni l’espace, ni le temps n’existaient encore. Puis vinrent les Dieux, surgissant de rien donc maître de tout. Ils étaient au nombre de quatre et leur puissance avait pour seules limites celles dictées par les lois de leur volonté.
    Ils planèrent longtemps dans le vide infini, appréhendant le mystère de leur propre existence. Puis quand le mystère n’en fut plus un, ils tinrent concile.
    « -Je me nomme Erretar et voici où poussera toute vie, dit le premier, nous l’appellerons la Terre.
    -Je me nomme Feyon et voici le feu qui animera toute vie, dit le second, le brasier qui rythmera toute vie sera le soleil et pour éclairer son absence voici les étoiles.
    -Je me nomme Eya, poursuivit la troisième, voici le fluide qui nourrira la vie, l’eau.
    -Je suis Varla et mon élément est l’air qui baigne toute chose, dit la dernière. »
    Telles furent leurs paroles et ainsi le monde fut créé.
    Ils s’observèrent, s’acceptèrent et reconnaissant l’existence des uns et des autres leur union fut consacrée par le monde nouveau né. Le fourmillement de la vie envahit tous les éléments. Les oiseaux emplirent le ciel de leurs plumes soyeuses. Des marées écailleuses se déversèrent dans la mer. La terre se fit verdoyante et éclata en floraisons printanières et le sol ombragé fut foulé d’un seul coup par des milliers de bêtes.
    Les Dieux, leur œuvre achevée, s’abimèrent dans la contemplation de leur création. Passèrent les années et les siècles devant leurs yeux endormis.
    Puis vint le temps où les Dieux voulurent de nouveau combler le monde. Ils créèrent quatre races à leur image douées de raison pour perpétrer et faire croitre leur pensée.
    A Erretar, les nains durs comme la pierre, robuste comme le roc.
    A Eya, les laryanes, douces comme l’eau, leur chant plus pur que celui de l’oiseau.
    A Feyon, les flammémérites aux milles formes changeantes.
    A Varla, les hommes grands, forts et vifs comme l’aigle des hauteurs planant sur les nuées.
    L’harmone régna. Et de nouveau passèrent les siècles et les années. La paix s’installa, des empires naquirent et prospèrent libre du joug de la guerre, de la pauvreté, de la maladie, de la famine et de tous les autres fléaux que nous connaissons de nos jours.
    C’est en ces temps bénis des Dieux que furent construits les huit têtes du dragon nain, la cité joyau d’Eliantir, le promontoire sacerdotale de Dullij et tant d’autres merveilles dont le nom même n’est aujourd’hui plus qu’un souvenir. C’est en ces temps enfuis que furent forgées d’un même métal les quatre grandes couronnes qui ornèrent les fronts royaux en cette ère de paix, symboles d’unité à jamais perdue.
    L’équilibre n’est pas. Voulu ni des Dieux, ni par le néant qui engendra les dieux, l’équilibre ne peut pas être ; Ainsi la roue doit quitter son ornière, l’oisillon ne peut rester au nid, ainsi le monde ne pouvait rester parfait, il devait connaître la violence pour jouir de la paix.
    Créées à l’image des Dieux, les races étaient parfaites. L’amour n’existait pas, pas plus que la haine. Tout était beauté, rien n’était beau. L’intelligence comme la sottise était inconnue. Les passions n’existaient pas.
    Sur la plus haute cime, les Dieux se réunirent.
    « -Nous connaissons tout, mais notre ignorance est grande, commença Varla.
    -Nous appréhendons parfaitement une face d’une chose complexe mais l’autre nous échappe, continua Feyon.
    -Et comment être sûr que nous connaissons la première alors ? Conclut Erretar.
    Ils réfléchirent longtemps. Finalement Eya prit la parole.
    « Ce que nous appelons perfection sonne maintenant comme un défaut et non comme une vertu à mes yeux. Elle nous empêche de vivre pleinement, nous restreint. Détachons nous d’elle Abandonnons la et connaissons les peines pour connaître les joies !
    -Cela est juste, dirent les trois autres, ainsi soit –il. »
    Les passions furent créées. L’âme des peuples et des Dieux s’embrasa, leurs esprits pareils à des miroirs prirent la profondeur d’un lac dont on ne pouvait voir le fond, l’immobilité de leurs pensées devint tempête et ouragan et même le terrain tranquille de leurs corps fut bouleversé par des pulsions nouvelles.
    « -Maintenant, dit Varla, notre puissance est un danger. La perfection était unique, notre fraternité sans faille. Par contre, les passions nous animant pourront être contraires. Un affrontement entre deux puissances infinies serait notre perte à tous. Ainsi comme nous avons abandonné la perfection de nos âmes, nous devons nous départir aussi de la démesure de nos pouvoirs. Restons au dessus du commun des mortels, n'embrassons pas leur destin mais ne restons pas tout-puissants pour le bien de tous. »
    Les Dieux reconnurent la sagesse des propos de leur sœur. Ils abandonnèrent leur pouvoir dans deux pierres communes, l’une garda le grisâtre du roc, l’autre pris la limpidité du cristal.
    «-C’est un signe, dit la sage, laissons ici la pierre noire, je vais prendre le joyaux. Par mon pouvoir et par le sien, j’en ferai une gemme à la puissance sans limite qui gardera la sagesse dont nous nous dépouillons aujourd’hui. Elle ne pourra être utilisée que pour le bien.
    -Ainsi soit-il »
    Varla se retira du monde.
    La sagesse et la raison furent occultées par la folie et la haine. Les empires, les races, les Dieux eux même entrèrent en guerre les uns contre les autres. Les grandes couronnes furent perdues à jamais. Les empires éclatèrent en nations adverses. Temps obscurs, première ère de chaos, c’est en ces décennies de guerre que furent forgées à l’exemple des grandes couronnes les quatre légendaires épées divines non plus symboles d’unité mais porteuses de mort.
    Quand enfin Varla sortit de sa retraite tenant en son poing l’orbe d’ambre, quintessence des pouvoirs magiques, globe étincelant à l’éclat sans pareil, elle vit à ses pieds le monde horriblement défiguré, elle vit à ses pieds le monde horriblement défiguré, des armées immenses se livrant bataille, l’esprit de tous les peuples marqué par le sceau de la haine. Elle vit ses frères et sœur se combattant en un duel incommensurablement destructeur. Elle vit la folie qui consumait toute vie en un holocauste infernal.
    Ses yeux s’embuèrent de larme. Un frisson la parcourut, ses mains tremblèrent. Elle lâcha l’orbe d’ambre qui vint se briser à ses pieds sur la dure pierre en huit morceaux.
    Pendant quelques instants, un nouveau soleil naquit et illumina la terre supplicié. Le pouvoir gigantesque contenue dans la gemme se dispersait autour de la terre, envahissant la voute céleste.
    La magie était née. Toute création était finie.

    Extrait du Livre des mythes de René Chantalier.


    ▲▲ Une de vos poésies ;;
    A la plus belle,

    C'est comme le chant doux quand en le soir s'abime$
    En l'horizon lointain, la lumière des cimes
    Un chant mélancolique aussi clair que les cloches
    Dont les sons qui fusent à nos âmes s'accrochent.

    Les verts vallons recueillent les ombres qui pleuvent
    Du firmament tranquille en un majestueux fleuve
    Et un ange mourant s'éteint en les nuages
    Quand se rangent en noir les enfants les plus sages.

    La lumière s'en va laissant son souvenir
    Accroché au cieux, vestige d'avenir
    Prédisant son retour par une lune pâle.

    Une image diaphane aux blancs traits de vestale
    Qu'on regarde attendant le retour du soleil.
    O beautée ! Ton sourire et tes yeux m'émerveillent !
Revenir en haut Aller en bas
musical wing.
avatar

Champifeuille



Féminin Bélier Chèvre
Messages : 106
Age : 27
Localisation : Montpellier.
Emploi/loisirs : Geeker.
Humeur : Insomniaque.

MessageSujet: Re: My name is "nobody"   Sam 20 Mar - 19:57

    Mon petit Nefertis
    (Rere)bienvenue parmi nous, je te (rere)valide.

    Surtout n'oublie pas de mettre un avatar ;D

_________________
Celui qui croit savoir n'apprend plus.
Pierre Bottero.

" Ô Jour Frabieux ! La guiguendélire ! "

Merci ma Moceuh. <3
Revenir en haut Aller en bas
http://libertencre.forumactif.com
 

My name is "nobody"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Trame. :: Présentations. :: Validées.-